51LuipJOMyLComme je participe en ce moment au Pumpkin Autumn Challenge et que très bientôt la liste des auteurs de la foire du livre de Brive va être dévoilée (et que je vais donc vouloir lire quelques titres pour me préparer correctement!), je m'étais dis que je ne demanderai pas de nouveau titre sur NetGalley avant fin novembre.

Il y a deux semaines cependant, je suis quand même allée trainer mes basques sur le site et à ma grande joie j'y ai vu le petit dernier d'Ariel Holzl: Fingus Malister. J'avais tellement aimé l'univers gothique farfelu des soeurs Carmines que ne faisant aucun cas de mes immenses piles à lire, j'ai demandé le titre aux éditions Rageot qui me l'ont gentiment accordé!

Le résumé: «  Préparez une soupe de mandragore avec 120 g de sève de mandragore et 80 g d’or des fous. Mélangez les ingrédients dans un bocal à élixir et faites mijoter une journée à feu follet. Une fois la soupe terminée, il suffit de la répandre sur tout cadavre frais pour qu’il revienne à la vie en quelques minutes. Et le rituel de zombification est accompli  !  »
Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie. Mais il a besoin de l’aide d’une sorcière plus têtue que lui...

Mon avis: Fingus Malister est un roman jeunesse qui m'a beaucoup plu. Ariel Holzl est vraiment le champion pour créer des univers. Après Grisaille et ses castes dans les soeurs Carmines, on se promène ici dans Bedlam avec Fingus et Polly à la recherche d'ingrédients pour fabriquer la fameuse potion de zombification. D'un côté le bois pétrifié, la plage et ses bâteaux échoués, la bourgade de Bedlam, le cimetière... Ces lieux ont tous un charme délicieusement inquiétant (mais pas trop parce que Fingus Malister est accessible je pense autour de 9 ans). A chaque lieu sa petite quête dont l'issu n'est pas aussi simpliste que l'on pourrait croire de prime abord.

Il en est de même pour le traitement des personnages qui sont  particulièrement attachants et pas binaires du tout (c'est souvent le cas dans les jeunesse). J'ai eu un petit coup de coeur pour l'adorable Polly! Fingus, orphelin de 12 ans depuis une révolte populaire qui a crâmé le manoir de sa famille et toute sa famille avec, qui souhaite intégrer une école pour devenir un mage maléfique, m'a touché tant il est isolé.

La construction de l'histoire est parfaitement adaptée pour le jeune public, pour rentrer dans son école Fingus doit réussir un tour devant un jury. Il choisit de fabriquer une potion de zombification et doit donc dans son village trouver les ingrédients nécessaires. Bien sûr rien ne sera facile pour notre jeune héros certes trèèèèès créatif mais pas toujours très réfléchi! Là, où l'auteur réussi un joli coup, c'est qu'au fur et à mesure que le roman avance, on sent poindre en sous texte une autre intrigue qui va placer la personnalité de Fingus au centre de l'échiquier.

A la fin du roman, c'est clair, Fingus Malister ne sera pas un one shot, et je dois avouer que j'en suis ravie, parce qu'une nouvelle fois Ariel Holzl a su m'entrainer dans son univers et que j'y replongerai avec joie!